Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Welcome

  • : Bullblog de Jean max peteau
  •  Bullblog de Jean max peteau
  • : Cinéaste, scénariste, metteur en scène
  • Contact

FUN BLOG ou RAGE

 
EXTRAITS D'EXTRAITS !



 
Tarantinoorson-welles


**************************************


Les légendes arthuriennes!

 

*****************

Je vous conseille toujours et encore
les  dernières pièces de théâtre de Michèle Laurence!

(Pour ceux qui aiment le théâtre, lien sur l'image)


apr s une si ..

Unknown
 
 

Michèle LAURENCE

MICHELE-LAURENCE-2.jpg
******************

Derniers DVD réalisés par jean max Peteau
 documentaire jeux de role gn
DVD O & L
serie-DVD

   
    Pour tous renseignements sur  "ProjetMandrin"

rebelleproduction@orange.fr




outils webmaster
compteur

17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 21:11
ROBERT WYATT


SON DERNIER ALBUM   "COMICOPÉRA"



Personnalité secrète et vénérée de l’histoire du rock, le batteur, chanteur et multi-instrumentiste Robert Wyatt est définitivement en marge. Toujours à la pointe de l’expérimentation, mais complètement à l’écart de tout mouvement, il s’est bâti un univers très personnel, marqué entre autres par le jazz moderne, la musique électronique le dadaïsme, l’idée communiste et les comptines pour enfants. Malgré cette position atypique, il mérite d’être cité parmi les personnalités clefs des vagues psychédéliques et progressives.

Né à Bristol, Wyatt débute néanmoins sa carrière musicale à Canterbury, au sein des Wilde Flowers, rebaptisés Soft Machine en 1966. Sur leurs deux premiers albums, il est l’instigateur de l’imaginaire dadaïste délirant du groupe. Après « Third » (1969), où il chante un scat mémorable sur « Moon In June », il finit cependant par se lancer en solo et publie son premier album, « The End Of An Ear », en 1970.

D’emblée son style s’affirme : des chansons pop construites sur des rythmiques et des accords jazz. L’influence de Miles Davis, Gil  Evans ou Weather Report, en pleines recherches jazz-rock, se fait clairement sentir. En tant que musicien de studio, il participe également aux premiers albums de ses vieux amis Kevin Ayers et Daevid Allen (futur grand gourou de GONG), ainsi qu’à « The Madcap Laughs » de Syd Barret.

Retenté par une expérience de groupe, il fonde en 1972 Matching Mole, où figure un autre ancien de Canterbury : David Sinclair, ex-claviériste de Caravan. Plutôt instrumental et hermétique, leur premier album éponyme contient néanmoins une superbe ballade : « O Caroline », où la voix de Wyatt se montre plus mélodieuse et émouvante que jamais. Avec « Little Red Record », sorti la même année, la formation signe un deuxième album plus accessible, à la fois politisé et ironique. La pochette, inspirée par le « réalisme socialiste », choque les esprits chagrins.

L’histoire de Matching Mole manque cependant de s’achever tragiquement en 1973 lorsque, au cours d’une soirée un peu trop arrosée, Robert Wyatt se jette par la fenêtre. Il survit mais perd l’usage de ses jambes et donc, quasiment celui de sa batterie… Il revient néanmoins l’année suivante, pour deux disques majeurs. Du côté de ses enregistrements personnels, il livre « Rock Bottom », reconnu la plupart du temps comme son chef-d’œuvre : disque phare, étouffé, claustrophobe, mélancolique, faussement minimaliste, planant et évocateur, il s’apparente à un nouveau point de départ pour sa carrière de chanteur.

Pourtant, à partir de « Ruth Is Stranger Than Richard », l’année suivante, il s’enfonce peu à peu dans l’underground. Les mélodies sont toujours aussi belles et les collaborateurs toujours aussi prestigieux (Nick Mason et Brian Eno sont au rang des fidèles), mais le public va se laisser conquérir par les trois accords du punk et oublier les artistes de sa génération.

Dans les années 80, Wyatt reste toujours aussi prolixe et, contrairement à beaucoup, ne cède pas à la tentation des arrangements clinquants qui ont marqué la décennie. Au contraire, son univers reste intimiste et discret, toujours tourné vers la comptine savante et ironique. En ces temps troublés, marqués par la crise économique, son engagement communiste se précise et, dès 1979, il adhère à la section britannique du Parti. Néanmoins, ses reprises délirantes et minimalistes de « L’Internationale » ou de « Guantanamera » prouvent qu’il a su vivre cette implication politique avec un indéniable humour !




Décrire son univers ne suffirait pas, et le meilleur moyen de l’approcher est encore de visiter sa page myspace (http://www.myspace.com/robertwyatt)
 où on peut le découvrir par trois magnifiques videos live pour la bbc. La richesse, la précision, l’humanité, l’humilité, l’intelligence de sa musique se dévoilent sur quelques images comme par magie.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laurence 17/10/2007 22:38

C'est rudement beau et ça lave un peu la tête! Merci bull...